Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Farandole 2 Bébé
  • Farandole 2 Bébé
  • : Tout au long de ce blog, vous trouverez des articles, des conseils, des astuces, de la poésie et de la fantaisie.. Un voyage rempli de douceur au pays de la tendresse et de l'imaginaire !
  • Contact

Rechercher

http://idata.over-blog.com/3/77/96/05/souris_A.gif

 

 

Archives


8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 16:41

 http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6YjUoHwJuLQHATlP8x2IrBRRnPDLLMw439zT8rDPzZHyNOrMn

 

 La salle de bain est fermée à clé

Le soleil entre par la fenêtre

Et il se baigne dans la baignoire

Et il se frotte avec le savon

Et le savon pleure

Il a du soleil dans l'oeil.

                                

  Jacques Prévert

 



Repost 0
Published by Aurore - dans POESIES
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 15:49

bonne-semaine.jpg

Repost 0
Published by Aurore - dans POESIES
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 14:59

 

Le cancre

Il dit non avec la tête
Mais il dit oui avec le coeur
Il dit oui à ce qu'il aime
Il dit non au professeur
Il est debout
On le questionne
Et tous les problèmes sont posés
Soudain le fou rire le prend
Et il efface tout
Les chiffres et les mots
Les dates et les noms
Les phrases et les pièges
Et malgré les menaces du maître
Sous les huées des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur.

Repost 0
Published by Phildor - dans POESIES
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 17:21

 

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

Repost 0
Published by Phildor - dans POESIES
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 14:58

Une fourmi fait l'ascension
d'une herbe flexible
elle ne se rend pas compte
de la difficulté de son entreprise 


elle s'obstine la pauvrette
dans son dessein délirant
pour elle c'est un Everest
pour elle c'est un Mont Blanc


ce qui devait arriver arrive
elle choit patatratement
une cigale la reçoit
dans ses bras bien gentiment


eh dit-elle point n'est la saison
des sports alpinistes
(vous ne vous êtes pas fait mal j'espère ?)
et maintenant dansons dansons
une bourrée ou la matchiche.

 

Raymond Queneau

Repost 0
Published by Phildor - dans POESIES
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 18:11
Paul Eluard
Poésies et vérités, 1942

Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J'écris ton nom

Sur les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom

Sur chaque bouffée d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J'écris ton nom

Sur la lampe qui s'allume
Sur la lampe qui s'éteint
Sur mes raisons réunies
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer Liberté

Repost 0
Published by Aurore - dans POESIES
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 09:46
"Les enfants qui s'aiment ne sont là pour personne,
ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit,
bien plus haut que le jour,
dans l'éblouissante clarté
de leur premier amour."
Jacques Prévert
Repost 0
Published by aurore - dans POESIES
commenter cet article

VISITE